Tumblelog by Soup.io
Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

Des mots

Il nous fallait la fureur des longs mots qui nous séparaient. Nous inventions des jurons pour nous tenir à distance. Le rire était dur, on attaquait la douleur à la perceuse ; ça allait vite, vu qu'on se connaissait de l'intérieur. Nous savions exactement ce qui blessait l'autre. Ça nous excitait de le voir souffrir. Notre brutale affection était censée l'amener à s'effondrer, à sentir qu'il avait un minimum d'endurance. Les insultes s'enchaînaient jusqu'au moment où celui qui en était la cible se taisait. Un instant. Peu après, des mots s'abattaient sur sa face muette comme des sauterelles sur un champ dévasté. (…)
Au sein d'une longue confiance, nous avions besoins d'inverser la tendance à l'improviste. Dans une telle proximité, la haine avait le droit de piétiner, de démolir et de faucher l'affection, vu qu'elle repoussait comme les hautes herbes. Quant à l'offense, les excuses la retiraient aussi vite que la bouche retient l'air. La dispute recherchée était toujours intentionnelle et, si elle faisait mal, c'était par mégarde. La fureur finie, on exprimait chaque fois notre affection, sans inventer de mots. L'affection ne cessait d'être là, sauf que dans la dispute elle avait des griffes.

Herta Müller, Animal du coeur

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl